COP 15 (Conférence des Nations unies sur la biodiversité – 7-19 Déc.2022 à Montréal) fixer un cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020.

COP 15 (Conférence des Nations unies sur la biodiversité – 7-19 Déc.2022 à Montréal) fixer un cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020.

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/

 

 

COP 15 MONTREAL « la destruction des biodiversités, une arme de destruction massive et définitive, de l’humanité ».

arrêter et d’inverser le déclin de la biodiversité d’ici à 2030

 

 

Mercredi 7 Décembre 2022 (michelhugues.com) – “l’autre COP”, la COP15 de Montréal, risque bien de sauver l’honneur des élus politiques et dirigeants du monde occidental , après les indignes conclusions des dernières (grandes COP 25 et 26) où le dérèglement du climat a été “solutionné” par des paiements d’amendes financières des états pour “compenser leurs droits à polluer”.

Cette fois ci, face au risque de l’extinction définitive de la biodiversité de plusieurs millions d’animaux  et de plantes sauvages, des solutions (presque) immédiates sont possibles.

Cette 15eme Conférence des Nations unies sur la biodiversité. Moins connue que sa grande sœur, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, qui vient d’avoir lieu à Charm-el-Cheikh en Egypte, réserve un plus grand espoir de trouver des solutions collectives pour sauver la biodiversité sur terre par un accord plus facilement adoptable par les pays. Les gouvernements du monde entier se réunissent pour convenir, entre autres, d’une nouvelle série d’objectifs et de cibles qui guideront l’action mondiale en faveur de la nature jusqu’en 2030 avec pour but darrêter et d’inverser le déclin de la biodiversité d’ici à 2030. 

Grues scandinaves au repos mais en cours de migration en janvier en Camargue. Copyright Michel HUGUES – reproduction interdite sans licence – www.michelhugues.com

 

 

L’accord recherché est un “package scientifique” qui comprendra plusieurs décisions d’avenir immédiat plus facilement compréhensibles par le grand public et (surtout) par les élus politiques

 

 

D’une part, une décision qui permettra d’adopter le cadre mondial pour la biodiversité (Global Biodiversity Framework) pour la décennie 2020-2030 et, d’autre part, une soixantaine d’autres décisions constituant des annexes à la Convention sur la diversité biologique. Parmi ces décisions figurent des dispositions sur la mise en œuvre du cadre, sur les indicateurs ou encore sur la mobilisation des ressources.

Cet accord de Convention est également accompagné de deux protocoles précédents: le Protocole de Nagoya, sur l’accès aux ressources génétiques, et le Protocole de Carthagène, sur la prévention des risques biotechnologiques.

Selon le dossier de presse la mission annoncée de cette COP 15 canadienne est celle d’arrêter et d’inverser le déclin de la biodiversité d’ici à 2030, avec l’objectif d’un impact net positif pour la nature. Dans sa deuxième partie, il comprendra quatre grands objectifs à l’intérieur desquels on trouvera :

  • 22 ou 23 cibles déclinées autour des trois grands piliers de la Convention, à savoir la conservation de la biodiversité, l’utilisation durable des ressources naturelles et le partage des avantages issus des ressources génétiques.
  • Les cibles sont liées aux cinq facteurs de destruction de la biodiversité identifiés par l’Ipbes : le changement d’usage des terres et des mers, la surexploitation des espèces, le changement climatique, les pollutions et les espèces exotiques envahissantes

Soyons Confiants et attendons au moins la fin des débats pour conclure sur le bien fondé de cette dernière COP canadienne.

Michel HUGUES

journaliste économique & Photographe

SOURCES : COP15 service de presse, NATIONS UNIES, Dossiers Personnels

 

A VOIR SUR LE NET :

COP15 site officiel : https://www.unep.org/fr/actualites-et-recits/recit/ce-quon-peut-attendre-de-la-conference-de-lonu-sur-la-biodiversite-cop15

https://www.unep.org/fr/conference-des-nations-unies-sur-la-biodiversite-cop-15

https://www.cbd.int/conferences/post2020

https://ipbes.net/

https://www.vie-publique.fr/eclairage/271780-erosion-de-la-biodiversite-un-constat-alarmant#:~:text=La%20derni%C3%A8re%20%C3%A9dition%20de%20la,extinction%20%C3%A0%20l’%C3%A9chelle%20mondiale.

A VOIR SUR LE NET :

l’analyse Eco-Environnement” de Michel HUGUES : COP27 : nouvelles promesses de dons des pays développés : + 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation COP 27 »

Provencematin.com – 1ere version BETA TEST – DEC. 2022https://www.michelhugues.com/informations-sur-la-biodiversite-et-lenvironnement/

 

 

Avec Votre Commentaire, ce serait tellement mieux

 

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/
l’analyse Eco-Environnement” de Michel HUGUES : COP27 : nouvelles promesses de dons des pays développés : + 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation COP 27 »

l’analyse Eco-Environnement” de Michel HUGUES : COP27 : nouvelles promesses de dons des pays développés : + 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation COP 27 »

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/

 

 

l’analyse “éco-environnement” de Michel HUGUES :

 

 

Mercredi 23 novembre 2022 – (michelhugues.com). La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (la COP 27) s’est clôturée LE DIMANCHE 20 NOVEMBRE 2022 sur un nouvel accord visant à fournir un financement des pertes et préjudices aux pays les plus vulnérables durement touchés par les catastrophes climatiques tels qu’envisagé dès mon article et analyse du  21 septembre 2022 dernier. De nouvelles promesses de dons, d’un montant total de plus de 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation lors de la COP 27 »

Les chefs d’états et leurs ministres en débattaient depuis bien des années, des décennies même, du financement des pertes et dommages délibérant sur la façon dont ils devaient aborder les impacts sur les communautés dont les vies et les moyens de subsistance ont été ruinés par les premiers impacts évalués du changement climatique,

notamment l’Afrique très impactée par la pollution européenne et asiatique et dont toutes les matières premières ont été « pillées » à moindre frais par les occidentaux durant les deux derniers siècles et dont le développement économique a été rendu impossible de ce fait et dans la plupart des cas.

 

La création d’un fonds spécifique pour les pertes

 

Cette dernière COP 27 égyptienne « aurait permis » aux pays de prendre un ensemble de décisions qui réaffirment leur engagement à limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

Cet ensemble de décisions a également renforcé les mesures prises par les pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux conséquences inévitables des changements climatiques, tout en favorisant le soutien financier, technologique et le renforcement des capacités dont ont besoin les pays en développement.

La création d’un fonds spécifique pour les pertes et préjudices a marqué un point d’avancée important, la question ayant été ajoutée à l’ordre du jour officiel et adoptée pour la première fois lors de la COP 27.

Les gouvernements ont pris, pour la toute première fois, la décision de mettre en place de nouveaux mécanismes de financement, ainsi qu’un fonds spécifique, pour aider les pays en développement à faire face aux pertes et préjudices. Ils ont également convenu de créer un « comité de transition » chargé de formuler des recommandations sur la manière de rendre opérationnels les nouveaux mécanismes de financement et le fonds lors de la COP 28 de 2023 à DubaÏ.

Une première réunion du comité transitoire devrait avoir lieu avant la fin du mois de mars 2023.

 

Promesses de dons de plus de 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation (… promesse à surveiller donc )

 

Les parties (pays et territoires) ont également convenu des dispositions institutionnelles pour rendre opérationnel le Réseau de Santiago pour les pertes et dommages, afin de catalyser l’assistance technique aux pays en développement qui sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes du changement climatique.

De nouvelles promesses de dons, d’un montant total de plus de 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation lors de la COP 27 ».

La COP 27 a donc rassemblé plus de 45 000 participants pour partager des idées et des solutions, et établir des partenariats et des coalitions. (Ndlr : toujours à venir)

Un programme de travail sur l’atténuation a été lancé à Charm el-Cheikh, visant à intensifier de toute urgence les ambitions et la mise en œuvre de l’atténuation. Ce programme de travail débutera immédiatement après la COP 27 et se poursuivra jusqu’en 2030, avec au moins deux dialogues mondiaux organisés chaque année.

Cette conférence de Charm el-Cheikh ne devrait pas particulièrement rester dans les anales de la protection environnementale , mais c’est peut-être bien la toute première fois que les nations occidentales, (premières animatrices de la mondialisation avec la Chine) commencent à faire “un petite geste” pour le continent africain qui a été économiquement exploité depuis les 2 derniers siècles

 

mais toujours,  “acheter et payer” ses “droits à polluer”

 

un petit pas pour l’Afrique mais toujours rien de plus, et de vraiment concret pour la biodiversité ni pour le changement climatique…

mais “acheter et payer” pour “s’autoriser” ses  propres pollutions et déviances climatiques ne sont toujours pas la solution vraie pour les pays occidentaux qui vont bientôt plus pouvoir assumer le “boom” attendu de l’usage planétaire des véhicules électriques .

Michel HUGUES, past-journaliste économique & photographe Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com

 

 

 

SOURCES : UNITED NATIONS, Nations Unies, rédaction de Actu-environnement,  archives et dossiers personnels – Copyright photos : @COP27P. 

 

TAGSConférence des Nations Unies, COP 27, financement des pertes et préjudices, Charm el-Cheikh, COP 28 de 2023 à DubaÏ, Réseau de Santiago pour les pertes et dommages,

 

Article précédent sur le même thème :

Biodiversité & Climat : la COP 27 à Charm el-Cheikh (6 au 18 Novembre 2022) , encore de la COM ? ou enfin, des actes concrets ? Les africains réclament une justice climatique



NOTA
= COP signifie “Conference of parties”, les “parties” étant les signataires de la Convention (195 pays + l’Union européenne) mondiale sur le climat. L’objectif est de faire le point sur l’application de la Convention et négocier les nouveaux engagements.

Particularités de la COP21 Paris 2015

La COP21 est la 21e Conférence des parties (COP) à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 1992, réunissant 195 États et l’Union Européenne, après celle de Varsovie (COP19) et Lima (COP20). Elle s’est tenue du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris-Le Bourget (93), sous présidence française.


Découvrez le journal de l’ENVIRONNEMENT, du CLIMAT ET DE LA BIODIVERSITE ci dessous

Informations sur la biodiversité, le Climat, l’environnement, les technologies propres et la Santé


 

 

et Avec Votre Commentaire : 

 

 

Provencematin.com – 1ere version BETA TEST – Nov. 2022

 

Se perfectionner en Photographie 

avec un

coach-photo personnel

 

 

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/
NATURE : protocole d’expérimentation entre l’Etat et la région Paca 30 milliards d’Euros pour la planification écologique mais avec des éoliennes et rien contre le tourisme de Masse

NATURE : protocole d’expérimentation entre l’Etat et la région Paca 30 milliards d’Euros pour la planification écologique mais avec des éoliennes et rien contre le tourisme de Masse

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/

 

Mardi 15 novembre 2022 – 08h00 – Elisabeth BORNE, 1er ministre et M. Renaud MUSELIER, président « néo-macroniste » de la région Provence Alpes Côte d’Azur, dite « ma région sud », également Président délégué de toutes les Régions de France, ont annoncé communément la création du premier protocole d’expérimentation de 30 milliards d’€uros entre l’Etat et une Région, la région Paca, dans le domaine de la planification écologique mais avec des éoliennes en mer et rien de prévu contre le tourisme de masse.

Rappelons qu’en 2021, la région PACA a été désignée par la Commission européenne comme l’une des régions européennes pionnières sur les enjeux d’adaptation au changement climatique, et en cela un grand bravo, mais …

 

 

(c) copyright Sébastien Nogier – région paca

 

 

Mais toujours rien de prévu pour lutter contre le premier prédateur de l’environnement et du Climat : « le tourisme de masse » dont la Provence et sa nature, sont les premières victimes en France. Mais aussi de toutes premières « Eoliennes en Mer », à Fos sur Mer … et puis ???

 

 

 

En septembre dernier, le gouvernent français et son ministère de la transition écologique annonçaient la création d’un PLAN VERT pour toutes les régions nouvelle étape dans la territorialisation de l’action climatique française.

Selon cette annonce officielle de la gouvernance macroniste, l’Etat et la Région provençale s’engagent donc autour de 8 priorités dites « opérationnelles »:

    • La production d’énergie renouvelable, avec le développement des capacités éoliennes en mer, et une délégation de fonds de l’ADEME à la Région
    • La préservation de la ressource en eau, pour laquelle la Région reçoit une mission d’animation et de concertation dans le domaine de la gestion et de la protection de la ressource en eau. Des « Etats régionaux de l’eau » seront ainsi organisés avec les collectivités, la Société du Canal de Provence et l’ensemble des acteurs du dossier au premier trimestre 2023
    • La décarbonation de l’industrie, en particulier sur la zone de Fos-sur-Mer, avec pour ambition de diviser par deux ses émissions sur les 10 prochaines années. Cette stratégie passera notamment par développement de l’hydrogène bas-carbone et l’utilisation de chaleur renouvelable
    • La sobriété foncière, dans le respect des spécificités de chaque territoire, avec une attention particulière pour le monde rural, avec des objectifs précis et dans la concertation régionale ( ??? )
    • La rénovation des bâtiments, avec des actions fortes sur le patrimoine régional, mais également en faveur de la rénovation énergétique des logements, notamment pour les ménages des classes moyennes
    • Les mobilités décarbonées, au cœur de la compétence « Transports » de la Région, avec Bus et Trains « décarbonés »
    • La protection des forêts, avec une accélération de la plantation d’arbres dans le cadre du Plan régional « 5 millions d’arbres » et avec la lutte contre les incendies dans le cadre du Plan régional « Guerre du feu », pour lequel la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur est très en avance (NDLR : ce qui est totalement vrai, pour une fois)
    • La réduction de la pollution liée aux activités portuaires, notamment en matière d’électrification des quais dans le cadre du Plan régional « Escales zéro fumée », dans le respect de la vocation industrielle et commerciale des grands ports de la région
    •  

 

très prochainement (2027) face à la Camargue, depuis Fos sur mer

 

 

 

30 milliards d’Euros pour les 5 prochaines années

 

 

“Face à l’enjeu climatique, l’Europe, l’Etat et la Région investissent 30 milliiards d’euros, dans les cinq années à venir, avec un budget régional 100% dédié à la transition écologique. Voilà pourquoi nous avons été choisis ! Grâce à ce partenariat unique, nous fixons l’objectif de gagner 10 ans sur les objectifs nationaux, avec une région neutre en carbone dès 2040. Il se joue aujourd’hui quelque chose d’important, déployable partout en France : ici, à Marseille, nous démontrons que l’expérimentation est l’avenir de la décentralisation », a déclaré le nouveau président macroniste Renaud Muselier.

Dont-Acte donc, et sincèrement « bon vent » à cette annonce de liste de Vœux réellement indispensables pour le climat et la biodiversité, dont je souhaite personnellement la réussite, Mais…

Mais , rien que « la priorité aux éoliennes en mer », inquiétera beaucoup de véritables écologistes scientifiques, non politiques, rajouté à l’absence de « lutte contre le tourisme de masse » qui détruit chaque année un peu plus l’environnement en Provence,

pose une vraie question sur les capacités de la gouvernance française à comprendre réellement, toujours en 2022 et depuis 2017, et

à s’informer sur les vraies réalités du climat et de la biodiversité en général alors que les premières démarches et mesures prises avaient été déjà salvatrices et si utiles à la région paca … Mais  …

 

Michel HUGUES – ex journaliste économique & photographeMichel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com

 

 

 

SOURCES : Ma région sud + cabinet de la 1er ministre + archives personnelles

 

TAGS : Marseille, Ma Région Sud, Région Paca, Renaud Muselier, Elisabeth Borne, Fos sur Mer, Conseil régional paca , tourisme de masse, protocole d’expérimentation entre l’Etat et  la région Paca pour la planification écologique, éoliennes en mer, éoliennes à fos sur mer, planification écologique, protocole d’expérimentation entre l’Etat et une région

 

en savoir plus sur les très prochaines éoliennes en Mer de FOS SUR MER (2027) = 

 

https://gomet.net/castex-eolien-fos-port-la-nouvelle/

https://www.latribune.fr/entreprises-finance/transitions-ecologiques/eolien-en-mer-les-projets-se-multiplient-les-polemiques-aussi-887404.html

Ces éoliennes pourraient flotter au large de Fos-sur-Mer, près de Marseille, dès 2027 | Actu Marseille

 

 

 

Provencematin.com – 1ere version BETA TEST – Nov. 2022

www.michelhugues.com
Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/
BIOMASSE  & EUROPE : la Finlande devrait se prononcer contre la stratégie en faveur de la biodiversité présentée par l’Europe

BIOMASSE & EUROPE : la Finlande devrait se prononcer contre la stratégie en faveur de la biodiversité présentée par l’Europe

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/

BIOMASSE & EUROPE : la Finlande devrait se prononcer contre la stratégie en faveur de la biodiversité présentée par l’Europe

 

 

La Finlande devrait se prononcer contre la stratégie en faveur de la biodiversité présentée par la Commission Européenne, a déclaré la Première ministre Sanna Marin après l’opposition et le refus d’intervention de Bruxelles dans la politique forestière finlandaise de la part de sa ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Maria Ohisalo, et d’une commission d’élus parlementaires finois.

La Commission Européenne dans sa stratégie en 17 points, (CONSILIUM EUROPA) exige désormais de ses Etats membres de protéger 20 % de la surface terrestre et maritime de l’UE d’ici 2030 en imposant une protection stricte des forêts primaires et anciennes restantes au moyen d’investissements colossaux et de travaux désormais permanents que, parfois de petits pays aux immenses forêts ne peuvent même pas financer.

 

 

La Commission Européenne aurait oublié que “ses” pays du nord ne sont composés presqu’uniquement de Forêts, gênant ! non ?

 

 

Sanna Marin, la (très) jeune première ministre de Finlande – Copyright D.R.

La Forêt ? Cela représente environ plus d’un tiers de la Finlande (12 millions d’hectares) et lui « surcoûtera » environ 930 millions d’euros par an.

Lors d’une conférence de presse du dimanche 23 octobre dernier, la Première ministre Sanna Marin (SDP) a déclaré que la Finlande pourrait voter contre le plan de la Commission « s’il n’est pas suffisamment bon », car elle estime « que la politique forestière doit être décidée à son propre niveau national, surtout pas à Bruxelles. »

Sa ministre de l’Environnement et du Changement climatique, Maria Ohisalo (Verts), a également parlé négativement de cette stratégie européenne “imposée aux états”, au journal télévisé national finlandais YLE, dès samedi dernier.

« La Commission ne peut pas simplement venir ici et nous montrer sur la carte des zones dont la nature doit être améliorée. Nous avons les moyens de le faire. Si nous pouvons définir les mesures nous-mêmes, nous pouvons également réduire les coûts », a déclaré M. Ohisalo.

 

La biomasse doit être rapidement considérée comme une énergie renouvelable par la Commission Européenne

 

Rapport du cabinet Deloitte pour le Consilium Europa

Vendredi dernier, la commission parlementaire du Commerce, qui représente tous les partis, y compris les cinq de la coalition au pouvoir, a décidé de rejeter la stratégie de l’UE dans sa forme actuelle.

Alors que les sociaux-démocrates, le Parti du centre et le Parti populaire suédois se sont ralliés à l’avis de l’opposition de rejeter la stratégie de la Commission Européenne, les Verts et l’Alliance de gauche l’ont approuvée — mais avec des réserves.

À seulement six mois des prochaines élections, les conflits de partis au sein du gouvernement pourraient engendrer le succès ou l’échec de la coalition de cinq partis au pouvoir.

 

 

 

 

 

des critiques mettent en garde l’Europe contre l’impact des émissions de carbone libérées par la production d’énergie à partir de la biomasse.

 

 

La durabilité de l’énergie du bois fait l’objet d’un débat permanent. Bioenergy Europe rappelle qu’il s’agit d’une source d’énergie renouvelable qui contribuera à renforcer l’indépendance énergétique de l’Europe.

Cependant, les organisations environnementales sont critiques à ce sujet et mettent en garde contre l’impact des émissions de carbone libérées par la production d’énergie à partir de la biomasse.

Les critères de durabilité pour que la biomasse soit considérée comme une énergie renouvelable sont définis dans la directive sur les énergies renouvelables, qui est, elle-même, en cours de révision.

Cette Europe là ? Mais quel « Binz » !!

Il est indispensable de conserver “une Europe” mais surtout plus celle-là, principalement conçue dans les années 70 par les “vieux papys” des autorités pseudo travaillistes, pseudo sociales, pseudo socialistes, mais noyautées de toutes parts, par des lobbys mondialistes qui ne se cachent même plus aujourd’hui, certains de ces lobbyistes sont même devenus chefs d’état ! Depuis .

Michel HUGUES

 

SOURCES : archives personnelles et avec agences

https://www.consilium.europa.eu/fr/policies/green-deal/

Bioenergy Europe – Bioenergy Europe

 

 

Avec Votre Commentaire, ce serait tellement mieux

 

 

Se perfectionner en Photographie 

avec un

coach-photo personnel

 

 

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/

c'est pas bien de vouloir VOLER UNE PHOTO de quelqu'un d'autre

error: contenu protégé