Scoop Photos « spiedcars »,  la version définitive du premier SUPER TRUCK ELECTRIQUE TESLA découverte, premier tracteur de semi-remorque 100% électrique du constructeur américano-chinois

Scoop Photos « spiedcars », la version définitive du premier SUPER TRUCK ELECTRIQUE TESLA découverte, premier tracteur de semi-remorque 100% électrique du constructeur américano-chinois

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/

 

 

 

 

Jeudi 29 septembre 2022NOUVELLES TECHNIQUES ELECTRIQUES :  TESLA 

enfin La version définitive avant industrialisation du gros poids lourd, 6 roues de TESLA, 100 % électrique, du constructeur américano-chinois !

 

 

Depuis 2015 il y eu plusieurs photos (lancées par Elon Musk lui-même sur les réseaux sociaux) de plusieurs versions évolutives de ce qui sera un jour, ou de ce qui aurait dû être le premier tracteur poids lourds industriel 100 % électrique.

C’est le lundi 26 septembre 2022 dernier, que deux camions TESLA prototypes en fin de développement ont été surpris aux Etats-Unis sur des traileurs de transports à la suite de panne et d’incidents techniques apparemment et pas du tout “en cours de livraison comme la rumeur se repend actuellement chez certains journaux français.

 

TESLA : Sérieux Problèmes multiples, fiabilité des voitures en échec patent,

réparations aux couts exorbitants pour les clients,

difficultés financières en série pour la branche auto,

plusieurs rappels d’un million de véhicules produits

vers une catastrophe industrielle annoncée ?

 

 

La firme Tesla est actuellement menacée par de multiples tracas industriels, financiers, d’approvisionnement de matériaux liés aux énergies, d’incompatibilité avec les normes environnementales de certains pays, et surtout avec la fiabilité désastreuse de ses voitures associée à des couts d’entretien exorbitants pour les clients, sans cesse en augmentation pourtant.

Pour l’instant la société accepte uniquement des dépôts de 20 000 $, pour des pré réservations les spécifications finales de la version de production n’ont pas encore été confirmées. Ces photos, cependant, sont un signe de vie et suggèrent qu’une version de production pourrait en fait se diriger vers la réalité.

Plusieurs changement de projets supertruck sont intervenus entre 2015 et 2022, les difficultés technologiques se sont accumulées pour Tesla et Elon Musk a probablement fait de très mauvais choix pour sa branche automobile et notamment pour ce projet de tracteur semi-remorque 100% électrique. On sait par ailleurs que la le groupe de Musk ne survit actuellement que grâce à la branche spatiale SPACEX et les commandes de la NASA.

Il y a eu le projet de “giga factory” en rade en Allemagne, en cours de résolution, plusieurs immenses rappels de véhicules sur toute la planète dont le dernier de plus d’un million d’exemplaires, le 23 septembre dernier.

 

à force d’attendre, le projet de TRUCK de TESLA va se faire doubler par Mercedes Benz, par Ford et par les chinois de GEELY

 

 

En effet Le leader mondial des poids lourds a présenté dimanche 19 septembre dernier, son premier camion tout électrique d’une capacité utile de 40 tonnes. Un prototype du véhicule de la marque “Mercedes-Benz”, dénommé “eActros LongHaul” électrique, a été présenté lors d’une conférence de presse avant le salon de l’utilitaire allemand “IAA” de Hanovre.

L’eActros, avec une autonomie d’environ 500 kilomètres à raison d’une seule charge de batterie, devrait être prêt pour la production en série en 2024, selon un communiqué.

Son concurrent américain Tesla se faisait fort dès 2018 de lancer son modèle 40 tonnes disposant d’une autonomie de 800 kilomètres, en comptant le produire en série à partir de 2019.

Ces plans ont été retardés mais le patron de Tesla, Elon Musk, a promis que les livraisons de son camion électrique débuteront bien d’ici la fin de “cette année”, dans un tweet émis au mois d’août.

100 % pret pour la commercialisation, Le Supertruck électrique du chinois GEELY (propriétaire de de VOLVO et de presque 40% de Daimler-Benz

 

Seul point positif actuel du système Tesla , les hyperchargeurs de la marque sont en nombre croissant et sont désormais accessibles à tous les types de prises… enfin, cela reste à contrôler !

Futur FORD F VISION électrique

La société a été fondée en 2003 et est basée à Palo Alto, en Californie. En août 2022, Tesla avait une capitalisation boursière de 884,91 milliards de dollars.

En 2021, Tesla a annoncé qu’elle commencerait la production de son Cybertruck, un pick-up EV avec une autonomie de 250 miles par charge, en 2022. Elle prévoit également de commencer à produire son camion semi-tracteur électrique

Tesla est également impliqué dans la fourniture de services à d’autres constructeurs automobiles, par exemple en vendant sa technologie de batterie. Cependant, Tesla a deux principaux segments de revenus : les ventes automobiles et les services de développement. Les ventes automobiles représentent la part du lion du chiffre d’affaires de la marque Tesla.

©opyright Michel HUGUES 09.2022

 

SOURCES : Tesla et agences

 

Se perfectionner en Photographie 

avec un

coach-photo personnel

 

 

 

Commentez cet article : 

 

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/
TECHNOLOGIE : ARTEMIS 20 milliards $ pour apprendre à l’humain à quitter la terre pour vivre ailleurs

TECHNOLOGIE : ARTEMIS 20 milliards $ pour apprendre à l’humain à quitter la terre pour vivre ailleurs

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/

TECHNOLOGIE : ARTEMIS 20 milliards $ pour apprendre à l’humain à quitter la terre pour vivre ailleurs

 

Technologies

 

La Nasa a donc eu le feu vert du gouvernement fédéral au début de l’ère Trump pour reprendre ses vols habités mais surtout pour repartir vers la Lune dans le but de développer les connaissances scientifiques pour vivre sur une autre planète. La mission Artemis1 démarre ce 29 août 2022 par un premier vol d’essai inhabité de contrôle qui durera 42 jours. Le but final étant de permettre aux humains d’aller vivre sur la planète Mars.

 

14h38 -Annulation et report. Le décollage de ATEMIS 1 a été annulé ce lundi 29 Août 2022 et probablement reporté au 2 septembre prochain en raison d’anomalies sur un moteur propulseur

 

 

à voir en grand écran, svp : 

 

Lundi 29 Aout 2022  – Technologies

 

 

 

Jusqu’à cette année 2022, seuls 12 hommes avaient marchés sur la lune entre 1969 et 1972. La mission Artemis, tire son nom de la mythologie grecque sœur jumelle d’Apollon, « Apollo » en anglais, et une déesse associée à la Lune.

La mission Artémis 1 doit tester sans équipage la nouvelle fusée géante de la Nasa, baptisée SLS, et la capsule Orion à son sommet, afin de s’assurer qu’elles pourront bien transporter des astronautes en toute sécurité à l’avenir.

De nombreuses sociétés françaises ont contribué à la construction d’Artémis sous les directives de la Nasa et de Space X pour certains éléments uniquement)

Orion ira se placer en orbite autour de la Lune avant de revenir sur Terre.

Artémis 2: premier équipage Prévue pour 2024, Artémis 2 emmènera des astronautes jusqu’à la Lune, mais sans y atterrir, comme l’avait fait Apollo 8.

La composition de l’équipage doit être annoncée d’ici la fin de l’année. On sait déjà qu’un Canadien en fera partie et deviendra ainsi le premier à se rendre dans l’espace lointain.

Artémis 3: atterrissage sur la Lune Cette troisième mission peut être comparée à Apollo 11 : ce sera la première du programme à faire atterrir des astronautes sur la Lune.

Ils arriveront pour la première fois sur le pôle Sud de la Lune, où la présence d’eau sous forme de glace a été confirmée, et non près de l’équateur comme pendant Apollo.

Artémis 3 est officiellement prévue en 2025, mais selon un audit public indépendant elle devrait en réalité avoir lieu en 2026 «au plus tôt».

À partir d’Artémis 3, la Nasa souhaite lancer environ une mission par an.

L’alunisseur de SpaceX = La Nasa a sélectionné SpaceX pour construire l’alunisseur d’Artémis 3.

 

The SpaceX Crew Dragon Endurance spacecraft is seen shortly after it landed with NASA astronauts Raja Chari, Kayla Barron, Tom Marshburn, and ESA (European Space Agency) astronaut Matthias Maurer aboard, in the Gulf of Mexico, off the coast of Tampa, Florida, Friday, May 6, 2022. Maurer, Marshburn, Chari, and Barron are returning after 177 days in space as part of Expeditions 66 and 67 aboard the International Space Station. Photo Credit: (NASA/Aubrey Gemignani)

 

 

Concrètement, cet alunisseur fera la navette entre la capsule Orion et la surface lunaire : une fois arrivée en orbite autour de la Lune, la capsule s’arrimera à l’engin, envoyé séparément en amont, qui sera alors chargé de descendre les astronautes jusqu’à la surface, puis de les remonter. C’est ensuite à bord d’Orion qu’ils reviendront sur Terre.

Cet alunisseur sera une version du vaisseau Starship, qui n’a pour le moment effectué que des tests suborbitaux.

Pour atteindre l’orbite terrestre, il devra être propulsé par le premier étage de fusée Super Heavy, également en développement.

Et avant de pouvoir se rendre jusqu’à la Lune, il devra faire le plein en se ravitaillant directement dans l’espace à partir d’un autre vaisseau Starship, préalablement rempli de carburant , un transfert hautement périlleux jamais encore testé.

 

 

Pour la suite du programme Artémis, la Nasa a lancé un nouvel appel d’offres auprès d’autres compagnies pour le développement d’alunisseurs supplémentaires.

La station spatiale Gateway Le programme Artémis inclut également la construction d’une station en orbite autour de la Lune, baptisée Gateway.

Le lancement des deux premiers éléments, un module d’habitation et le système de propulsion est prévu fin 2024 au plus tôt, par une fusée Falcon Heavy de SpaceX.

Les modules suivants seront lancés par la fusée SLS en même temps qu’Orion et son équipage, chargé de les assembler à destination. Les astronautes y resteront entre 30 et 60 jours. À terme, un alunisseur y sera arrimé pour leur permettre de descendre sur la Lune à partir de la station.

Gateway doit également servir d’étape avant les futurs voyages vers Mars.

Le but : Mars Paradoxalement, l’astre réellement au coeur du programme Artémis n’est pas la Lune, mais la panète Mars.

La Nasa souhaite tester les technologies nécessaires à l’envoi de premiers humains vers la planète rouge : nouvelles combinaisons, véhicule pour se déplacer, mini-centrale électrique, utilisation de l’eau lunaire

La création d’une base sur la surface de la Lune est envisagée.

L’idée est d’apprendre à établir une présence humaine durable dans l’espace lointain mais pas trop.

En cas de problème, la Lune n’est qu’à quelques jours de voyage. Mars, plusieurs mois au minimum.

SOURCES : Communiqué de presse NASA

PHOTOS : copyright Nasa pour la presse

 

 

Se perfectionner en Photographie 

avec un

coach-photo personnel

 

 

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
https://www.instagram.com/michelhugues74/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/

c'est pas bien de vouloir VOLER UNE PHOTO de quelqu'un d'autre

error: contenu protégé