Select Page
Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
Visit Us
Follow Me
https://www.instagram.com/michel_hugues_photography/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/
https://www.michelhugues.com/p797/

Michel HUGUES : Galerie Photo “Zones Humides et Biodiversité en danger” – 130 photos pour sauver les zones humides

by | Oct 29, 2021

Michel HUGUES Photography

« La Photographie au secours de la lutte contre les effets destructeurs du changement climatique »

 

Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com Il n’y a pas que l’urgence climatique !

Il faut surtout sauver les “Zones Humides”  que certains considèrent encore comme des zones “abandonnées et surtout, “inutiles:  cad= à “bétonner d’urgence” 

 

NOTE DE L’AUTEUR : en cette fin 2021, je ne suis plus sûr de “pouvoir refaire” un jour ces mêmes photos, aux mêmes endroits qu’au début des années 2000.

L’altération du climat et le bétonnage ont déjà fortement changé la topologie de ces mêmes lieux depuis ces 20 dernières années de prises de vues” .

 

 

Dès le début des années 2000, j’ai commencé à prendre des photos de ce type de paysages en Camargue ainsi que dans les bords de Durance dans les Alpes de Haute Provence. Ces photos représentent déjà des journées et des journées de marche, souvent au froid, sous la pluie ou sous la canicule, dans la boue, l’eau, le sable et le vent et ce, depuis au moins 15 ans !

2021 - Amandiers, Figuiers & Oliviers «morts» de sécheresse au cours des 12 derniers mois dans le même lieu - www.michelhugues.com

2021 – Amandiers, Figuiers & Oliviers «morts» de sécheresse au cours des 12 derniers mois dans le même lieu – www.michelhugues.com

Mes observations sur les zones humides, ont été conjointes, au constat fait de l’extinction régulière inarrêtable des arbres d’une propriété de famille, en Provence du littoral toujours depuis l’an 2000 (Figuiers, Amandiers, Cognassiers, Muriers et même dans certains cas des Oliviers) disparaissant avec le changement du climat se traduisant par des sécheresses accrues dès le printemps quand des bourgeons éclos dés le lever du jour, sont  totalement brulés avant midi, d’où plus de fruits, de l’légumes, (NDLR : notamment les fleurs olives au début du printemps) ainsi que des pluies torrentielles en général au moment où elles sont inutiles pour les végétaux.

Le tout ajouté à l‘observation de la régulière monté des eaux en méditerranée depuis l’an 2000 ont façonné ma prise de conscience personnelle de l’urgence de la situation actuelle. De même, j’enrage encore de constater chaque jour que la majorité d’entre les gens n’est en rien consciente de ce phénomène malgré les différentes campagnes de sensibilisation récentes.

La destruction des “zones humides”, véritables filtres et sources des “eaux de vie des hommes” est une atteinte majeure à la survie des hommes à très courte échéance. Il est temps de le savoir et d’en prendre conscience.

 

la diminution des “zones humides”,

véritables filtres et sources des “eaux de vie des hommes”

est une atteinte majeure à la survie des hommes à très courte échéance.

 

 

par Michel HUGUES, “past” journaliste économique & automobile, éditeur et photographe

 

Sont définies comme zones humides : des zones géographiques telles que marais, lagunes, étangs, mares, tourbières, vasières, mangroves, y compris les étendues d’eaux terrestres dont la profondeur moyenne n’excède pas deux mètres, et d’eaux marines dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres.

Ces zones du territoire sont cependant capitales pour le maintien de la qualité des eaux distribuées dans notre pays, une évidence pour les scientifiques, pourtant encore totalement ignorée du grand public.

Le “ruissèlement” des troubles à l’origine des agressions des zones humides © Agence française pour la biodiversité / Réalisation Matthieu Nivesse (d’après OIEau), 2018 – LO-OL

Depuis bientôt 40 ans, à peine, les humains commencent à prendre conscience de l’importance et de la diminution des étendues des zones humides qui continuent de perdre du terrain. La dernière évaluation portant sur 2010-2020 montre que : – 41 % des 189 sites humides emblématiques de métropole et d’outre-mer évalués (sur 223 identifiés) se sont détériorés entre 2010 et 2020, tandis que 48 % sont restés stables et que 11 % voient leur situation s’améliorer.

La première définition juridique des zones humides a été donnée par la Convention internationale de Ramsar du 2 février 1971. Cette définition dépasse en fait les seules zones humides et vise également les milieux aquatiques (cours d’eau et plans d’eau). Depuis la loi sur l’eau du 3 janvier 1992, il existe une définition juridique nationale des zones humides (Code de l’environnement, article L. 211-1-I, 1°).

Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com

copyright Michel HUGUES – Michel HUGUES PHOTOGRAPHY – www.michelhugues.com

Ce sont « les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre, de façon permanente ou temporaire ; la végétation lorsqu’elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».

Les trois milieux qui subissent des taux supérieurs à 50 % de dégradation sont les dunes et pannes dunaires (50 %), les milieux palustres d’eau douce (57 %) et les prairies humides et oligotrophes (59 %). A l’inverse, les plus forts taux de reconquête sont à signaler sur les milieux palustres d’eau saumâtre (25 %), les annexes alluviales (26 %) et les eaux libres stagnantes salées (36 %) (2) ; – l’intensification des pressions directes et indirectes, à l’intérieur et en périphérie de ces sites, les fragilise. (ndlr : Bétonnage).

Ces zones humides nourrissent, par ailleurs, plus de 2 tiers de l’humanité mondiale

 

Voir la suite, très informative, est à découvrir au bas de cette page : sous la galerie.photo ci-dessous

 

Les photos ci dessous sont protégées par copyright  

Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com

130 photos en 8 pages de galeries

 

LEGENDES : (Date PdV = Date de prise de vue) – (B02A0458 = numéro d’identification de la photo) – (8688×5792 = format original de la photo) – (ISO = sensibilité du capteur lors de la prise de vue) – (600 mm = distance focale de l’objectif lors du déclenchement) – (f/8 = valeur du diaphragme de l’objectif pour cette photo) – 1/250 sec. = vitesse d’obturation) – NOTA toutes les photos ci-dessous sont des reproductions considérablement réduites en qualité et en dimensions par rapport aux photos originales. Selon les performances de votre navigateur chrome, Edge, Firefox, Opéra…. etc.. l’affichage des photos ci dessous variera. MON CONSEIL  : PC & Androïd Pensez à nettoyer régulièrement votre mémoire cache (valable chaque jour, pour tous les sites internet du monde) avec le “gratuitciel” CCLEANER par exemple ! (Mac .. prenez votre mal en patience !)

 

 NOTA : toute personne “qualifiée”  remarquant une éventuelle erreur d’identification dans les photos ci-dessous, peut m’en avertir au moyen de la page contact. Merci d’avance !

Suite du haut de la page …

L’étude souligne des corrélations entre le nombre d’activités humaines sur un site et l’évolution de l’état de l’écosystème et entre l’évolution de l’état de la flore et les problématiques hydrologiques.

La sauvegarde de ces milieux passe notamment par la mise en œuvre de mesures de préservation et de restauration et par une prise de conscience collective des enjeux et menaces qui pèsent sur eux ; – l’avenir des zones humides est marqué par un fort degré d’incertitude. Les référents estiment que 25 % des sites ont un avenir favorable à l’horizon 2030 (versus 19 % pour la précédente campagne), 12 % un avenir stable, 9 % un avenir défavorable mais que l’avenir est incertain pour 51 % d’entre eux (versus 48 %).

 

Ces zones humides nourrissent, par ailleurs, plus de 2 tiers de l’humanité mondiale

 

Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com

exemple d’une zone humide parmi tant d’autres, une rizière en Camargue – Michel HUGUES – Michel HUGUES PHOTOGRAPHY – www.michelhugues.com

 

Le rapport parlementaire « Terres d’eau, terres d’avenir » de janvier 2019 propose une nouvelle définition nationale des zones humides se rapprochant de la convention de Ramsar : « Les zones humides sont des territoires ou parties de territoires naturels ou artificiels, exploités ou non, marqués par la présence permanente ou temporaire d’eau, stagnante ou à faible débit, douce, saumâtre ou salée, tels que marais, lagunes, étangs, mares, tourbières, vasières, mangroves, y compris les étendues d’eau terrestres dont la profondeur moyenne n’excède pas deux mètres, et d’eau marine dont la profondeur à marée basse n’excède pas six mètres.

Pour l’identification ou la délimitation de ces zones, l’autorité administrative peut faire appel, soit à une analyse de la nature des sols, soit à l’étude, quand elle existe, de la végétation spontanée des territoires ou parties de territoires concernés »

Désormais chacun d’ente nous doit prendre conscience que les zones humides ne doivent plus jamais être considérées comme des zones à l’abandon, bien au contraire. Ces zones humides sont la source de l’eau douce de notre pays.

Ces zones humides nourrissent l’humanité mondiale avec le riz par exemple, aliment numéro pour près de 5 milliards d’humains tout comme elles jouent un rôle critique pour la biodiversité. Elles sont vitales pour de nombreux amphibiens ainsi que pour les oiseaux nicheurs et migrateurs.

Michel HUGUES,

past journaliste économique & automobile, éditeur et photographe

 

 

Mes Sources : http://www.zones-humides.org/ + Ramsar + Conservatoire du Littoral + Observatoire eaux Paca + Commission des communautés européennes + Archives Personnelles

 

Une BIOGRAPHE en 7 EPOQUES : mieux connaitre l’auteur :

 

 

Découvrir toutes les autres Galeries Photo et Portfolios ? C’est par ici 

 

PHOTOGRAPHES AMATEURS & ZONES HUMIDES

la pratique de la photographie exige de chacun d'avoir un comportement particulièrement responsable envers le respect et la protection des espèces naturelles MH - www.michelhugues.com -

la pratique de la photographie exige de chacun d’avoir un comportement particulièrement responsable envers le respect et la protection des espèces naturelles MH – www.michelhugues.com –

 

 

Si, “la vraie nature ne produit jamais de poubelle”, la nature n’a pas besoin de nous, pour satisfaire notre “ego” en général surdéveloppé chez nous tous, photographes.

 

Elle a réellement besoin de notre sens de transmission, de partage, de témoignage, pas de votre “frime”. Nous devons avoir au contraire, chacun, une très grande humilité face à la nature et aux espèces végétales et animales et plus particulièrement face à l’intégrité des sites que nous traversons.

Pour venir l’observer, la photographier, par contre, cela demande certains efforts physiques et des “horaires non touristiques” , de très longues attentes et de nombreux retours bredouilles pour faire de “vraies” photos “naturelles”.

Regardons où nous mettons les pieds SVP ! Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com

Regardons bien où nous mettons les pieds SVP ! Michel HUGUES – Michel HUGUES PHOTOGRAPHY – www.michelhugues.com

Le “surtourisme écolo”, très à la mode actuellement, n’a pas que du bon. Par contre, la faune ornithologique méditerranéenne nord occidentale tout comme les zones humides particulièrement, restent toujours fragilisées et menacées. Alors faisons particulièrement attention là où nous mettons nos pieds, n’écrasons rien sous nos chaussures ! Ne cassons rien ! Ne coupons aucun végétal ! Ne jetons rien !

Non , je n’agis pas de “donneur de leçon” mais, “de sensibilisation” à un plus grand respect de la nature après avoir observé trop de “crétins” durant des années dans ces zones qui font n’importe quoi pour ce qu’ils appellent “réussir une photo” .

SVP : Ne pas être dans l’amalgame, hélas devenu si commun, de confondre : les parcs et réserves animalières privé.es et payant.es et les réserves naturelles locales, départementales, régionales et nationales ouvertes au public et gratuit.es. Bien comprendre !

Mes Conseils : Avec les oiseaux dans les zones humides au printemps notamment en pleine nature, faites particulièrement attention où vous mettez les pieds ! De nombreuses zones sont alors des nichoirs en cette époque et les oiseaux, souvent par couples, paraissent moins farouches, il n’en est rien.

C’est là qu’il faudra vous éloigner, au contraire savoir rester à très longue distance et laisser tranquille ces oiseaux qui risquent sinon d’abandonner leurs nidifications. Aucune photo ne mérite un tel désastre. Il convient alors d’utiliser des objectifs à très longues focales : 600 ou 800 mm, même avec doubleur.

 

Les Matériels Utilisés

Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com

 

Le Canon Eos 5DS R Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com Un boitier particulièrement méconnu en France.

 

Depuis 2018 j’utilise en priorité un boitier reflex EOS CANON 5DS R ( 50,6 millions de pixels) pour une qualité d’image optimale dans un reflex numérique. Changeant ainsi et passant d’un Eos 1D MK II après seulement quelques semaines d’usage, à ce 5DS R, sans filtre passe bas. Pourtant commercialisé en France depuis juin 2015, Le Canon Eos 5DS R est réellement un boitier exceptionnel, totalement passé sous silence par la presse photo parisienne, lors de son lancement. Les images sont traitées plus que rapidement et l’appareil photo reste toujours très réactif, malgré le volume des données saisies par son capteur de 50,6 millions de pixels, grâce aux 2 processeurs DIGIC 6. Et ce, depuis 2015 en France, bien avant les premiers hybrides à 45 millions de Pxl.

C’est ce qui m’a fait préférer le 5DS R en délaissant ainsi un Eos 1Dx trop limité à seulement 21 millions de pixels par ailleurs. Avec le Canon Eos 5DS R vous pouvez capturer toute l’action, avec une résolution de 50,6 millions de pixels à 5 images/s. La connectivité USB 3.0 garantit des prises de vue rapides et permet un contrôle à distance. La technologie de mise au point autofocus iTR (suivi et reconnaissance intelligents) de l’EOS détecte et suit les sujets à l’intérieur du cadre grâce aux informations sur les couleurs et visages. La réactivité de l’AF peut être personnalisée à l’aide d’un outil simple qui ajuste le suivi en fonction de l’environnement de prise de vue et du sujet, de sorte que les autres objets passant brièvement devant ce dernier n’affectent pas la mise au point.

 

Pour certains reportages je privilégie encore le Canon EOS 7D MKII toujours au sommet notamment en photo animalière malgré la nouvelle concurrence du dernier reflex Canon le Eos 90 D . J’ai eu l’occasion de tester en avant-première le R5, je préfère ne pas m’exprimer ! Quant au R3 il y a réellement de l’espoir! Mais bon ! l’indispensable fiabilité nécessaire pour un pro, n’a aucun recul pour l’instant !!!

 

 

Partager, Suivre, Contacter :
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://www.facebook.com/michel.hugues.79/
https://twitter.com/michelhugues13
Visit Us
Follow Me
https://www.instagram.com/michel_hugues_photography/
https://www.youtube.com/channel/UCKe_9-gc3LEXBHFTSW2ZnOw/
https://www.michelhugues.com/p797/
c'est pas bien de vouloir VOLER UNE PHOTO de quelqu'un d'autre
error: contenu protégé