Select Page

la première automobile au monde à avoir atteint les 100 km/h, fut la « jamais contente » le 29 avril 1899 du belge Camille JENATZY à Achères (78), une voiture-torpille à moteur électrique (photo ci-dessus) qui atteignait déjà 105 km/h propulsée à l’électricité en 1899

 

picto cigale

Mardi 31 Août 2021 – Pour qui s’intéresse à l’économie de l’industrie automobile, les deux premières décennies du 21éme siècle ont été marquées par une véritable révolution industrielle, celle de la généralisation de la motorisation électrique après avoir connu la « variante » de l’hybridation, rechargeable ou non.

Car cette mutation technologique a été imposée par les dirigeants politiques internationaux et notamment européens en raison de l’urgence la crise climatique, rappelons toutefois que la première automobile au monde à avoir atteint les 100 km/h, fut la « jamais contente » le 29 avril 1899 du belge Camille JENATZY à Achères (78), une voiture-torpille à moteur électrique (photo ci-contre) qui atteignait déjà 105 km/h grâce à l’électricité avant même l’arrivée du 20 siècle. Ah si on avait bien voulu !!! ….

Pour qu’un véhicule vous soit vendu neuf en concession, une durée préalable d’au moins 5 années est nécessaire, durée pendant laquelle on va passer des premières études de design en D.A.O. à l’industrialisation par plusieurs stades d’essais routiers ou sur circuits privés avec des prototypes roulants, (appelés « mules » dans le milieu industriel) sur des routes publiques.

 

Des tests routiers sur routes publiques ouvertes mais sous des carrosseries camouflées

 

des tests routiers à la vue de tous mais sous carrosseries camouflées – copyright MH – www.michelhugues.com

Les constructeurs d’automobiles pratiquent ainsi depuis l’entre-deux guerres du 20éme siècle mais également leurs équipementiers spécialisés, en pneumatiques, en freinage, en allumage, injection et électronique, etc … et de batteries électriques désormais … ces tests se déroulent ainsi depuis près d’un siècle sur à peu près les mêmes routes, en Scandinavie, dans le Sud-Européen (Espagne, Italie, France), sur certaines routes des Alpes ou circuits privatisés allemands et dans l’ouest des USA, notamment.

Avec l’assistance informatique et la télémétrie, les ingénieurs de développement enregistrent en permanence les données acquises de leurs tests routiers et ont ainsi bases comparatives expérimentales depuis plusieurs décennies pour certains, cela nécessite encore de savoir où et surtout quand il faut se rendre sur le lieu de reportage, bien souvent pour rentrer « bredouilles », totale ingratitude pour le reporter.

– CAMOUFLAGE : chaque constructeur dissimule les carrosseries de ses prototypes roulants sous des enveloppes bariolées de dessins de camouflage afin que les lignes futures de leurs prochains modèles ne soient pas découvertes par les bureaux d’étude des autres constructeurs concurrents via les publications dans les magazines automobiles par les photographes spécialisés.

 

Des photos tout à fait légales, puisque réalisées sur le domaine public – Ne pas confondre avec les “paparazzi”

 

des tests secrets, sous camouflage total mais dans le domaine public, aux yeux de tous – copyright MH – www.michelhugues.com

 

– POUR LE PHOTOGRAPHE : D’abord rappelons que ce genre de reportage est tout à fait légal, rien à voir avec les “paparazzi”, dans la mesure où les véhicules évoluent librement sur le domaine public, “aux yeux de tous”, donc des photos tout à fait légales, cependant les visages des pilotes et les plaques d’immatriculations sont à bannir. Rappelons aussi qu’il s’agit de reportages très difficiles à réaliser, souvent ingrats et infructueux, cependant il est indispensable d’avoir une grande culture industrielle automobile, ainsi qu’un réseau personnel d’information très important afin d’anticiper et de bien percevoir l’évolution en cours des modèles de travail. Il reste ensuite à savoir où et quand partir en reportage dont on rentre bien souvent “bredouille”. 

 

des photos rarissimes et furtives mais difficiles à réaliser

 

il faut également savoir que le fameux “véhicule exceptionnel” peut surgir uniquement pendant 1 ou 2 secondes devant votre objectif seulement, et parfois vous n’aurez plus jamais l’occasion de le revoir de votre vie. Là réside toute la performance professionnelle; le tout étant encore de savoir sur quelle route l’attendre plus particulièrement .

COMPRENDRE LA GALERIE PHOTO ci-dessous =

Les images et commentaires de la galerie photo ci-dessous sont donnés à titre tout à fait indicatif, rien n’étant certain en matière de secret industriel, merci de votre compréhension.

Toutes les photos sont prises au format RAW au moyen de plusieurs boitiers CANON = 5DSR , 5D MK IV, 5D MK II, 7D MK II, 1D MK II et LEICA D …et de plusieurs autres boitiers Canon & Pentax K10 lors des reportages plus anciens.

Chaque photo est légendée avec un commentaire journalistique donné à simple titre théorique et conditionnel.

(Légende) : DATE de PdV = date de prise de vue + les datas techniques de l’imageNuméro de l’original – marque boitier photo + objectif utilisé – sensibilité, vitesse obturateur et diaphragme – copyright 

 

Michel HUGUES, “past” journaliste économique et automobile (et photographe).Michel HUGUES - Michel HUGUES Photography - site officiel - www.michelhugues.com

 

 

 

 

CLIQUEZ SUR LES PHOTOS CI-DESSOUS pour ouvrir la Galerie-Photo  :

190 photos en 6 pages de 32 clichés chacune

Toute reproduction, téléchargement, copie, publication, interdits sans accord de licence – photos sous Copyright  Michel HUGUES – www.michelhugues.com

presse internationale : 

c'est pas bien de vouloir VOLER UNE PHOTO de quelqu'un d'autre
error: contenu protégé