CLIMAT : La couche d’Ozone en voie de guérison ? d’ici 2040 au plus tôt !!!

CLIMAT : La couche d’Ozone en voie de guérison ? d’ici 2040 au plus tôt !!!

 

Mardi 10 janvier 2023 – (michelhugues.com) – L’année 2023 a commencé par la publication d’un rapport positif et très encourageant pour l’avenir du climat par les experts de l’ONU ENVIRONNEMENT. Le lundi 9 janvier dernier, l’ONU-ENVIRONNEMENT a publié le RAPPORT D’EXPERTS du groupe scientifique des TRAVAUX SUR L’OZONE. “Si les politiques actuelles restent en place, la couche d’ozone devrait retrouver les valeurs de 1980 (avant l’apparition du trou dans la couche d’ozone) d’ici environ 2066 au-dessus de l’Antarctique, 2045 au-dessus de l’Arctique et 2040 dans le reste du monde”, selon l’ONU Environnement.

Cela fait plus de 30 ans maintenant que les français ont commencé à entendre parler de « trou dans la couche d’Ozone » ! Qu’ont-ils réellement compris sur un niveau simplement basique ?  Pas grand-chose, hélas mais ils savent maintenant que « ce n’est pas bien pour l’humain »

Depuis la signature du protocole de Montréal intervenu en 1987 par 195 pays, est à l’origine de la forte réduction de la quantité de CFC dans l’atmosphère. En 2016, l’accord de Kigali (Rwanda) a pour sa part prévu l’élimination progressive des hydrofluorocarbones (HFC), gaz extrêmement nocifs pour le climat utilisés dans les réfrigérateurs et climatiseurs.

Si cet accord était respecté, il pourrait réduire de 0,5°C le réchauffement mondial d’ici à 2100, ont déjà estimé les experts de l’ONU.

 

Depuis l’origine jusqu’en 2023

 

 

En 2016, l’accord de Kigali (Rwanda) a pour sa part prévu l’élimination progressive des hydrofluorocarbones (HFC), gaz extrêmement nocifs pour le climat utilisés dans les réfrigérateurs et climatiseurs. Si cet accord était respecté, il pourrait réduire de 0,5°C le réchauffement mondial d’ici à 2100, ont déjà estimé les experts de l’ONU.

Le trou de la couche d’ozone a été créé par la pollution d’origine humaine, particulièrement par les chlorofluorocarbures (CFC) autrefois émis par de nombreux réfrigérateurs. Au cours des dernières décennies, la coopération mondiale lui a cependant donné une chance de se reconstituer. “L’élimination progressive de près de 99% des substances interdites qui détruisent l’ozone a permis de préserver la couche d’ozone et contribué de façon notable à sa reconstitution dans la haute stratosphère et à une diminution de l’exposition humaine aux rayons ultraviolets (UV) nocifs du soleil”, notent les experts, qui publient leur estimation quadriennale sous l’égide de l’ONU.

NOTA : dans le même rapport, les mêmes experts préviennent des risques d’effets indésirables sur l’ozone des actuels projets de géo-ingénierie destinés à limiter le réchauffement climatique. Toujours selon les mêmes experts, un de ces projets consisterait à injecter des milliards de particules de soufre dans la couche supérieure de l’atmosphère. Or, une injection de particules dans l’atmosphère “pourrait avoir pour conséquence une grave baisse du niveau de l’ozone”, prévient le coprésident du panel scientifique, John Pyle. “Il y a beaucoup d’incertitudes.”

L’une des pistes serait pour faire disparait les CFC serait d’ajouter intentionnellement des particules en suspension dans la stratosphère pour renvoyer une partie des rayons du soleil vers l’espace, et faire baisser légèrement la température sur Terre. Les experts crient à la prise de risque : ce genre de technique nuirait à l’ozone, et contribuerait à recréer un trou et l’on se pourrait se retrouver dans la même situation qu’il y a 20 ou 25 ans.

LEXIQUE : Les chlorofluorocarbures ou CFC sont une sous-classe de gaz fluorés, eux-mêmes faisant partie de la famille des halogénoalcanes. Ce sont des gaz composés dérivés des alcanes, où tous les atomes d’hydrogène ont été substitués par des atomes de chlore et de fluor. Ils font partie des gaz qui contribuent à la dégradation de la couche d’ozone.

La couche d’ozone ou ozonosphère est la partie de la stratosphère de la Terre qui contient une quantité relativement importante d’ozone (concentration de l’ordre de un pour cent mille). À haute altitude, la couche d’ozone est utile : elle absorbe la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet dangereux pour les organismes. Elle a donc un rôle protecteur pour les êtres vivants et les écosystèmes. Cette couche est distincte de l’ozone troposphérique de plus basse altitude, qui est un gaz à effet de serre et un polluant.

 

 

SOURCES : Dossier de presse ONU-ENVIRONNEMENT – dossiers personnels de la rédaction – wikipedia

 

MOTS CLEFS : Ozone, Couche d’ozone, CFC, Climat, changement climatique, chlorofluorocarbures, halogénoalcanes, hydrofluorocarbones, ONU-ENVIRONNEMENT, protocole de Montréal, trou dans la couche d’Ozone, gaz fluorés, accord de Kigali (Rwanda)


 

 


 

Qu’est-ce que la Biodiversité ? Qui pour la préserver ?

Qu’est-ce que la Biodiversité ? Qui pour la préserver ?

Qu’est-ce que la Biodiversité ? Qui pour la préserver ?

 

La Biodiversité se détermine en considérant la diversité des écosystèmes, des espèces et des gènes dans l’espace et dans le temps,

ainsi que les interactions au sein de ces niveaux d’organisation et entre eux.

 

 

 1992/2022 : Climat, Humanité & Gaz Carbonique :

que sont devenues ces 40 dernières années ?

 

 

En 1992, l’humanité émettait dans l’atmosphère 21 milliards de tonnes de gaz carbonique .

Nous en étions à près à 30 milliards de tonnes par an en 2012,en 2020 nous en sommes à 34 milliards de tonnes de CO2.

C’est à dire 2,4 milliards de tonnes de moins qu’en 2019.

Sources :  Association Lutte pour le Climat – WWF

 

 

Lorsque la science cherche à évaluer la biodiversité d’un lieu particulier,

les différents éléments des listes d’espèces, écosystèmes ou gènes sont pondérés en fonction de leur rareté.

 

Galerie "INSECTES & BATRACIENS - www.michelhugues.com"
Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com
Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com
Michel HUGUES Photography - official site - www.michelhugues.com
Galerie "INSECTES & BATRACIENS - www.michelhugues.com" - www.michelhugues.com

 

LA DEFENSE DE LA BIODIVERSITE PEUT SE DEFINIR DE LA FACON SUIVANTE :

 

 

les Pionniers

 

Mardi 19 Octobre 2021 – 11h00 – Protéger les espèces végétales et animales et Conserver l’intégrité écologique de leurs habitats naturels ou de remplacement (autres habitats façonnés par les humains en sylviculture et agriculture). Ou bien encore maintenir les écosystèmes actuels dans un bon état de conservation tout en prévenant ou en stoppant leurs atteintes de toutes sortes.

La biodiversité est l’ensemble des espèces vivantes qui peuplent la planète : plantes, animaux, champignons, micro-organismes, mais aussi leur diversité génétique et tous les écosystèmes dans lesquels ils vivent.

Gifford Pinchot

Gifford Pinchot

 

Avant de parler d’écologie et de biodiversité, on parlait « d’écologisme » en lien avec les « patrimoines » locaux, en premier au Royaume-Uni et en Amérique du Nord, avant de changer de vocables à la fin du 20éme siècle (apparition de la différenciation des mots : Environnement, Écologie, et Biodiversité) et le début des premières catastrophes naturelles et les différentes analyses scientifiques cherchant à les prévenir.

 

 

 

  Robert Michael Pyle

  Robert Michael Pyle

Plus tard, c’est L’écologue Robert Michael Pyle (né en 1947) qui lancera en 1978 l’« extinction de l’expérience de nature» définition scientifique et philosophique selon laquelle  : « les individus humains des sociétés occidentales ont progressivement perdu leurs liens à la nature et surtout la notion de son importance, avec effets insidieux et très graves sur la protection et les maintiens de la nature et de la biodiversité ».

 

Une COP ça sert à quoi ?

 

COP = (Conférence of Parties) = Maintenir le réchauffement climatique en dessous de +1,5°, limiter les rejets de gaz à effet de serre, parvenir à la neutralité carbone

 

Cop de Paris 2015

Cop de Paris 2015

 

196 nations dont tous les membres de la Communauté européenne ratifièrent la Convention-cadre issue du Sommet de la Terre de Rio 1992.

Cette convention  oblige les pays à se réunir chaque année afin de contrôler et de maintenir les efforts de chaque pays. Ces Meetings annuels sont appelés  « Conférences des Parties » (Conference of Parties), les fameuses “COP” !!! 

La première conférence, dite COP 1, se déroulera à Berlin en 1995. Chaque année se déroule régulièrement une nouvelle COP, jusqu’à la COP 21 de Paris en décembre 2015. En décembre 2015, la COP 21 de Paris sera la revanche de la COP 15 de Copenhague, et surtout le dernier espoir de parvenir à éviter le pire pour le climat et dans l’extrême urgence.

Un accord international sur le climat, juridiquement contraignant, est enfin atteint et acté en 2016, en tant qu’Accords de Paris avec pour but, d’atteindre le maintien du réchauffement climatique en dessous de 1,5°, de limiter les rejets de gaz à effet de serre en vue de parvenir à la neutralité carbone, et notamment d’accorder une aide de 100 milliards de dollars par an aux pays en voie de développement.

Il faudra attendre 2010 pour que soit décrétée la première année internationale de la biodiversité, conclue par la Conférence de Nagoya (Japon) sur la biodiversité, qui a reconnu l’échec de l’objectif international de stopper la régression de la biodiversité avant 2010, en proposant de nouveaux objectifs d’avantage connu sous l’appellation “protocole de Nagoya”.

En 2012, la Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), un groupe d’experts intergouvernemental sur le modèle du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ,  a été lancée par le programme des Nations Unies pour l’environnement pour conseiller les gouvernements sur cette thématique.

 

MEMOIRE DE L’ECOLOGIE 

 

De la création du “GIEC” en 1988 au sommet de Rio 1992

Sommet de la Terre - Rio de Janeiro 1992 - (c) ONU

Sommet de la Terre – Rio de Janeiro 1992 – (c) ONU

Le tout premier sommet international pour la préservation de la planète eut lieu en 1972 organisé par lONU (organisation des nations unies), avait pour but de : « définir les moyens de stimuler le développement durable au niveau mondial ».

Le tout premier sommet a eu lieu à Stockholm (Suède) en 1972, le deuxième à Nairobi (Kenya) en 1982, le troisième à Rio de Janeiro (Brésil) en 1992, le quatrième à Johannesbourg (Afrique du Sud) en 2002 et le cinquième et dernier sommet en date, appelé « Rio + 20 », a également eu lieu à Rio de Janeiro en 2012.

Tout va réellement commencer avec la signature de la Convention sur la diversité biologique (CDB) au cours du sommet de Rio en 1992 qui engage les pays signataires à protéger et restaurer la diversité du vivant.

 

 

le groupe d'experts du GIEC ou  de l' IPCC

le groupe d’experts du GIEC ou de l’ IPCC

 

Année après Année, la disparition, toujours croissante, des espèces animales et végétales Sauvages les plus menacées

 

Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com

En 2019, le nombre d’espèces menacées d’extinction définitive avait été évalué à un million d’espèces, notamment par les scientifiques du Muséum d’ Histoire naturelle de Paris, il serait nettement supérieur en 2020. Depuis toujours, (apparition de l’être humain il y a 100 000 ans), l’environnement subit “l’agression” des hommes :  notamment depuis la révolution industrielle !

Plusieurs scientifiques actuels annoncent que la planète entre désormais dans une nouvelle époque géologique : “l’Anthropocène”.

En 2021, on parle désormais de la « Sixième extinction » sur notre planète, une extinction de masse qui concerne tout autant les espèces végétales qu’animales qui serait l’extinction de l’Holocène des temps géologiques (Ndlr :  Holocène = Nom de l’ère géologique qui représente les 11 000 dernières années. Correspondant à la dernière partie de l’ère quaternaire période la plus récente dans l’échelle des temps géologiques).

 

 

Octobre 2021: fin de la COP “15 Biodiversité” : La dernière déclaration de Kunming (Chine) passe sous silence l’objectif de protéger un tiers des Mers et des Terres

 

La COP 15 biodiversité qui vient de s'achever à Kunming (chine) a totameùent passé sous silence la protection d'un tiers des mers du globe - copyright  Michel HUGUES - www.michelhugues.com

La COP 15 biodiversité  2021 de Kunming (chine) a totalement effacé l’objectif de la protection d’un tiers des mers du globe (certains disent comprendre pourquoi en mer de Chine ..) – copyright Michel HUGUES – www.michelhugues.com

 

 

Découvrir  les  Galeries Photo et Portfolios sur la BIODIVERSITE ? C’est par ici :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Se perfectionner en Photographie 

avec un

coach-photo personnel

 

 

COP26 Glasgow : Un accord de “Constat sur tous les désaccords sur l’Urgence Climatique” !

COP26 Glasgow : Un accord de “Constat sur tous les désaccords sur l’Urgence Climatique” !

COP26 Glasgow : Un accord de “Constat sur tous les désaccords sur l’Urgence Climatique” !

 

 Dimanche 14 novembre 2021 08h30 – Ainsi vont toutes les COP (conférences des parties) la COP 26 de Glasgow n’y a pas échappé, une déclaration finale a quand même été rédigée hier samedi soir avec quelques signatures de chefs d’état ou de leurs pouvoirs représentants, le président de la conférence en Ecosse Alok Sharma (Onu) a même conclu la réunion avec quelques sanglots d’émotion (…)

Les organisateurs (ONU) annoncent ainsi que : “La COP26 s’est achevée aujourd’hui à Glasgow avec près de 200 pays acceptant le Pacte climatique de Glasgow ainsi que “Le Paris Rulebook”, les lignes directrices sur la façon dont l’Accord de Paris est mis en œuvre, a également été achevé aujourd’hui après six ans de discussions.

par Michel HUGUES – “past” journaliste économique, photographe & éditeur

 

Alok Sharma (ONU) à la COP26 - (c) cop26 press

Alok Sharma (ONU) à la COP26 – (c) cop26 press

Dans sa lettre aux médias que tous les journalistes sensibilisés au climat ont reçu hier samedi soir, Alok Sharma a écrit les mots suivants : ( Début du communiqué officiel =

« Je suis très heureux de dire que nous avons maintenant en place le Pacte climatique de Glasgow, convenu entre toutes les Parties ici. Je suis vraiment content que cela ait été livré. C’est grâce au travail acharné de l’équipe britannique ; le travail acharné de toutes les Parties ; la grande coopération que nous avons constatée de la part de tous les négociateurs et de tous les ministres ; et dès le début du sommet, les dirigeants mondiaux sont sortis et ont exposé ce qu’ils voulaient obtenir de cet événement.

Je dirais cependant qu’il s’agit d’une victoire fragile. Nous avons gardé 1,5 vivant. C’était notre objectif primordial lorsque nous avons entrepris ce voyage il y a deux ans, en assumant le rôle de président désigné de la COP. Mais je dirais quand même que le pouls de 1,5 est faible.  C’est pourquoi, alors que nous sommes parvenus, je crois, à un accord historique. Ce sur quoi cela sera jugé, ce n’est pas seulement le fait que les pays se sont engagés, mais aussi s’ils respectent et tiennent leurs engagements.

Au cours de notre année de présidence, qui a commencé au début de ce sommet, nous veillerons à travailler en étroite collaboration pour garantir que les engagements qui ont été fixés soient tenus par les pays. Et nous travaillerons en partenariat avec tous. Collectivement, nous avons dépassé la ligne.

Je suis extrêmement reconnaissant à tous ceux qui ont aidé à cela.

Mais comme je l’ai dit, le travail acharné commence maintenant. Merci. » .. Fin du Communiqué officiel)

 

Ainsi va la vie, au “21éme Siècle Carboné” 

Les scientifiques, la plupart des ONG, et même des délégations officielles de pays en voie de développement restent cependant en général, sceptiques et dans le doute élargi. De leur côté, les jeunes militants et les jeunes en général, ne veulent plus que les états se “dédouanent” en payant des amendes même très lourdes pour être autorisés à poursuivre leurs pollutions, tout comme ils ne font plus confiance aux élus politiques pour payer les amendes à la place des pays pauvres comme en témoigne “la résolution finale” de la jeune suédoise Greta Thumberg il y a quelques heures à peine sur twitter :

 

 

Personne n’est finalement dupe et dupé au terme de cette réunion qui aurait pu consommer bien moins de carbone, de carburants et de toxines polluantes des jets privés ou de ligne, si elle s’était déroulée en “télétravail”.. Ainsi va la vie au “21 éme siècle carboné” …

on ne vaincra le problème qu’individuellement en changeant nos habitudes de consommation et de déchets …

Mais la plupart des habitants des pays développés s’en foutent, en réalité totalement, et beaucoup d’entre-eux voteront quand même “vert”, pour fermer encore plus leurs yeux sur la réalité et surtout en croyant peut-être ainsi s’auto dédouaner par pure opération délégative du Saint-Esprit  … Espérons, Espérons, Espérons !!!  Espérons que non !!!

Michel HUGUES (avec agences) 

– « past » journaliste économique & automobile, éditeur et photographe

 

Sources & Plus d’infos  : https://ukcop26.org/news/

CLIMAT : la société TOTAL ENERGIES face à une campagne d’accusations d’inaction volontaire malgré sa connaissance de la situation des énergies fossiles face au climat

CLIMAT : la société TOTAL ENERGIES face à une campagne d’accusations d’inaction volontaire malgré sa connaissance de la situation des énergies fossiles face au climat

Comment Total et Elf auraient favorisé une désinformation permanente auprès des français durant plus de 40 ans, selon certains médias nationaux parisiens qui posent la question : “le réchauffement climatique etait-il connu depuis longtemps par la société TOTAL ?”

Raffinerie Total - (c) Total Presse

Raffinerie Total – (c) Total Presse

 

Mercredi 20 Octobre 202110h30 – Plusieurs médias français (Radios, Tv, Quotidiens) ont déclenché ces derniers jours une véritable campagne de dénonciation d’actes aggravés à l’encontre de la société TOTALENERGIES, à laquelle ils reprochent que durant 40 ans environ,

toujours selon ces mêmes médias, la leader français du pétrole bien que toujours parfaitement informé des réalités sur les menaces et les implications des énergies fossiles (pétrole, gaz…) dans le changement climatique n’ait “rien fait” et surtout se soit livré à une “parfaite désinformation”  des français en minimisant particulièrement les faits.

 

Cette campagne organisée de plusieurs médias parisiens, réunis derrière le leadership de France 2 et l’émission “complément d’enquête”, semble-t-il, intervient en même temps qu’une toute nouvelle campagne de “sensibilisation” des européens à l’achat des voitures électriques, à de nouvelles limitations de la vitesse dans les centre villes et à une autre campagne de nouveaux projets de limitation de vitesse sur autoroute en France et ailleurs.

Dès la fin des années 60-70 plusieurs sociétés du groupe TOTALELF auraient déjà, publié ou fait état, d’études techniques et scientifiques sur le sujet de l’épuisement à court terme des quantités souterraines de gaz et de ressources pétrolières et surtout des risques et nuisances des rejets et impacts du raffinage puis des différentes combustions dans l’air du pétrole et de ses produits dérivés avec pour conséquence aggravée la dégradation du climat.

La campagne médiatique insiste également sur le fait que : “les entreprises du groupe Total” auraient même planifié différentes stratégies de désinformation pour gagner du temps et ne pas prendre les mesures qui s’imposaient.” Nota : l’un des documents auquel “Complément d’enquête” se réfère a été publié en 1993.

 

 

Total : une vision très ambiguë sur le dérèglement climatique et le sur le paiement d’impôts 

 

Raffinerie Total - (c) Total Presse

Raffinerie Total – (c) Total Presse

 

Rappelons que dans le passé proche plusieurs sociétés pétrolières étrangères telles que BP, SHELL, EXXON-MOBIL notamment ont été accusées (et condamnées à de trés lourdes amendes) d’avoir diffusé de fausses informations pour nier les effets du l’usage des carburants issus des énergies fossiles dans les dégradations du Climat.

Informations auxquelles avait fait allusion d’ailleurs l’ex président des Usa, Donald Trump pour nier l’existence du changement climatique.

En réalité c’est une réelle étude scientifique extérieure qui fournit toutes les principales données de cette problématique: Une étude publiée par deux historiens et un sociologue, dans la revue scientifique Global Environmental Change, ce mercredi 20 octobre, qui accable le leader français des énergies fossiles : TotalEnergies, également axé récemment dans l’énergie électrique.

Toujours selon cette étude : l’examen de cinquante ans de réactions de Total et d’Elf (fusion en 1999) face à l’évolution des savoirs et des politiques climatiques. Entre 1968 et 2021, la société française serait passée en effet de la prise de conscience au déni total, puis à l’attaque ouverte du consensus scientifique et, ensuite, à la diversion et au retardement de la lutte contre le changement climatique. Autant de formes de « fabrique de l’ignorance ».”

Rappelons aussi que le même groupe industriel français a particulièrement défrayé la chronique ces dernières années pour se débrouiller d’optimiser ses impôts avec de très faibles paiements d’impôts en France en profitant d’une fiscalité séparée selon les différentes fiscalités nationales de ses multiples sites d’exploitation à l’étranger.

La société TotalEnergies dispose de toutes les possibilités de réagir à cet article, sa réaction sera publiée à tel.

 

Michel HUGUES avec agences

 

 

 

c'est pas bien de vouloir VOLER UNE PHOTO de quelqu'un d'autre

error: contenu protégé