Santé, Sécurité et Climat : LES LIGNES A HAUTE TENSION DENONCEES COMME MALSAINES et non adaptées par la fondation Bill GATES (fondateur du groupe Microsoft)

Santé, Sécurité et Climat : LES LIGNES A HAUTE TENSION DENONCEES COMME MALSAINES et non adaptées par la fondation Bill GATES (fondateur du groupe Microsoft)

Santé, Sécurité et Climat : LES LIGNES A HAUTE TENSION DENONCEES COMME MALSAINES et non adaptées par la fondation Bill GATES (fondateur du groupe Microsoft)

 

 

Selon le créateur de MICROSOFT , l’exemple des USA vaut pour les pays du monde entier

 

 

Bill Gates, fondateur de Microsoft et co-président de Bill & Melinda GATES Foundation – (C) Agence Belga

 

 

Mercredi 25 janvier 2023 – (michelhugues.com) – La fondation Bill & Melinda Gates créée en janvier 2000 qui agit à l’échelle mondiale a pour principaux objectifs d’améliorer les soins de santé et de réduire l’extrême pauvreté, tandis qu’aux États-Unis, elle vise principalement à élargir l’accès à l’éducation et aux technologies de l’information, vient « de secouer le climat scientifique » avec sa récente prise de position sur les transports de l’électricité et son usage sur toute la planète.

Bill Gates sur le site officiel de sa fondation vient de publier hier 24 janvier ses points de vue et analyses de la situation dans l’article intitulé : « The surprising key to a clean energy future If you care about climate change, you should care about transmission. »

Selon Bill Gates : « Les événements météorologiques extrêmes ont sensibilisé beaucoup plus de gens aux réseaux électriques et à la manière dont ils peuvent tomber en panne aussi bien l’été que l’hiver. Il y a deux ans au Texas, le réseau local est tombé en panne après trois tempêtes hivernales consécutives. Des centaines de personnes sont mortes et des millions ont été privées d’électricité pendant de nombreux jours. Et pas plus tard que le mois dernier, un froid extrême à travers les États-Unis a une fois de plus poussé les réseaux électriques au bord du gouffre. »

Et le fondateur de Microsoft de poursuivre : « Il ne doit pas en être ainsi. La solution est claire : nous devons moderniser notre réseau, construire davantage de lignes de transmission à haute tension capables de transporter l’électricité sur de longues distances et utiliser ces lignes de transmission pour mieux connecter les régions et les communautés les unes aux autres. Si nous le faisons, nous veillerons à ce que les gens aient toujours de l’électricité quand ils en ont besoin. Et ce faisant, nous libérerons le potentiel d’une énergie propre abordable et abondante. »

Pour Bill Gates , les USA auraient fait des progrès remarquables au cours des deux dernières années pour que chaque foyer soit alimenté par une énergie propre, grâce à des investissements fédéraux historiques permettant une source d’électricité d’origine plus propre qu’auparavant, comprenant un mix d’énergie éolienne, solaire, nucléaire et géothermique, réduisant  les coûts des ménages, mais réduisant surtout la pollution tout en permettant la diversification de l’approvisionnement énergétique réduisant toute dépendance à des approvisionnements étrangers.

 

« faire enfin entrer nos réseaux électriques dans le 21ème siècle » pour Bill Gates

 

une ligne à haute tension à l’aurore dans un matin hivernal des Cévennes – Copyright Michel HUGUES – www.michelhugues.com

 

Pour Bill GATES : … « La façon dont nous transportons l’électricité aux USA (Ndlr : comme ailleurs dans le monde) n’est tout simplement pas conçue pour répondre aux besoins énergétiques modernes de 2023 et es années futures. Depuis le début du réseau électrique, les compagnies d’électricité ont placé la plupart des centrales électriques à proximité des villes. Les chemins de fer et les pipelines étaient utilisés pour expédier les combustibles fossiles d’où qu’ils soient extraits vers les centrales électriques où ils seraient brûlés pour produire de l’électricité.

Ce modèle ne fonctionne pas avec l’énergie solaire et éolienne, car bon nombre des meilleurs endroits pour produire beaucoup d’électricité sont éloignés des centres urbains comme les plaines venteuses de l’Iowa ou les déserts ensoleillés de l’Arizona.

Vous ne pouvez pas exactement expédier la lumière du soleil dans un wagon, donc pour maximiser le potentiel de l’énergie propre, nous aurons besoin de lignes beaucoup plus longues pour déplacer cette énergie de l’endroit où elle est fabriquée à l’endroit où elle est nécessaire.

Nous aurons également besoin de plus de lignes, car la demande de notre pays ne fera qu’augmenter dans les années à venir à mesure que nous électrifierons plus de choses (comme nos voitures !). De nombreuses estimations suggèrent que la demande d’électricité pourrait plus que doubler d’ici 2050 pour atteindre net zéro.ss :

 

 

 

Selon Gates : “Pour ouvrir la voie face au reste du monde, les ETATS UNIS doivent s’attaquer aux trois principaux obstacles 

 

 

une ligne à haute tension à l’aurore dans un matin hivernal des Cévennes – Copyright Michel HUGUES – www.michelhugues.com

 

 

les 3 principaux obstacles selon Bill Gates : 

 

 

Planification : Comme tous les projets d’infrastructure, les nouvelles lignes de transmission et les mises à niveau du réseau commencent par la planification. Les plans sont généralement basés sur des prévisions de consommation d’énergie à court terme ou même sur des données rétrospectives, ce qui signifie que de nouvelles lignes ne sont pas construites en tenant compte des besoins futurs. La Federal Energy Regulatory Commission, ou FERC, a récemment proposé une règle qui obligerait les fournisseurs de transport à faire une planification à plus long terme et plus prospective. Il envisage également d’autres nouvelles politiques qui nécessiteraient potentiellement une coordination régionale régulière sur les lignes électriques interétatiques. La façon dont ces politiques sont élaborées et mises en œuvre sera d’une importance cruciale.

Payer : Le gouvernement fédéral détermine comment les améliorations à grande échelle des infrastructures sont financées, soit par le biais du paiement des impôts, soit en répartissant les coûts aux seuls consommateurs. La loi bipartite sur les infrastructures adoptée en 2021 a investi de l’argent dans des projets de transmission, mais nous devons investir davantage au niveau fédéral tout en rendant plus abordable pour les autorités locales d’entreprendre de nouveaux projets. La FERC devrait aider à résoudre les problèmes de répartition des coûts en répartissant les coûts des grands projets sur des régions entières au lieu de demander uniquement aux personnes au bout de la ligne de payer.

Autorisation : Bien que le gouvernement fédéral détermine qui paie pour la plupart des mises à niveau de transmission, les États sont principalement ceux qui délivrent les permis pour les nouveaux projets. Le processus d’autorisation actuel est long, compliqué et souvent obsolète. Par conséquent, nous ne construisons pas des lignes assez rapidement et nous sommes plus lents que d’autres pays. Certains États, comme le Nouveau-Mexique et le Colorado, font un travail innovant pour accélérer le processus. Mais il y reste encore beaucoup d’espace pour que les décideurs politiques travaillent ensemble et facilitent le processus d’autorisation.

 

En termes simplifiés : la transmission , le transport de l’électricité sont la clé de notre avenir énergétique propre.

 

Bien que la transmission soit avant tout un problème politique, l’innovation y contribuera également. Par exemple, les technologies d’amélioration du réseau telles que les valeurs nominales de ligne dynamiques, les contrôles de flux de puissance et l’optimisation de la topologie pourraient augmenter la capacité du système existant. Breakthrough Energy Ventures, qui fait partie de l’initiative climatique que j’ai aidé à démarrer, a investi dans de nouvelles technologies telles que les conducteurs et les supraconducteurs avancés, des fils qui utilisent des matériaux de pointe pour extraire plus d’énergie des petites lignes. Mais ces technologies ne remplacent pas de véritables améliorations systémiques et des lignes de construction là où elles n’existent pas déjà.

“Le changement climatique est le problème le plus difficile auquel l’humanité n’ait jamais été confrontée, mais je crois que nous avons l’ingéniosité humaine pour le résoudre. Et si vous vous souciez du changement climatique, vous devriez vous soucier de la transmission”. a conclu Bill GATES

En termes simplifiés : la transmission de l’électricité est la clé de notre avenir énergétique propre. Si nous éliminons les obstacles qui entravent cet avenir, cela entraînera une réduction des émissions, un air plus pur, plus d’emplois, moins de pannes d’électricité, plus de sécurité énergétique et économique et des communautés plus saines à travers le pays.

 

(d’après Bill Gates & traduction )

 

Michel HUGUES

 

 

 

Michel HUGUES, ex-journaliste économique & automobile, mais toujours photographe

 

NOTA : Rappelons qu’aux Etats-Unis même, la gestion technique en France du transport de l’électricité était citée depuis des décennies en exemple international de réussite technologique, avant l’arrivée du “trio électrique” : SARKOZY,HOLLANDE, MACRON, depuis eux, plus rien n’est pareil . En 2023 pourrait-on encore citer l’état actuel d’EDF , comme exemplaire ???

 

 

MES SOURCES = Bill & Melinda GATES foundation

https://www.gatesnotes.com/Energy/Transmission?WT.mc_id=20230123100000_BE-Transmission_BG-EM_&WT.tsrc=BGEM

MOTS CLEFS : Bill Gates, Bill & Melanie Gates Foundation, GatesNotes, Santé, Sécurité ,Climat , LES LIGNES A HAUTE TENSION, transport électrique, avenir de l’électricité, électricité et climat, santé et électricité, EDF, RTE

 

Provencematin.com – 1ere version BETA TEST – Nov. 2022

 

Laissez Votre Commentaire ci dessous : 

 

CLIMAT : La couche d’Ozone en voie de guérison ? d’ici 2040 au plus tôt !!!

CLIMAT : La couche d’Ozone en voie de guérison ? d’ici 2040 au plus tôt !!!

 

Mardi 10 janvier 2023 – (michelhugues.com) – L’année 2023 a commencé par la publication d’un rapport positif et très encourageant pour l’avenir du climat par les experts de l’ONU ENVIRONNEMENT. Le lundi 9 janvier dernier, l’ONU-ENVIRONNEMENT a publié le RAPPORT D’EXPERTS du groupe scientifique des TRAVAUX SUR L’OZONE. “Si les politiques actuelles restent en place, la couche d’ozone devrait retrouver les valeurs de 1980 (avant l’apparition du trou dans la couche d’ozone) d’ici environ 2066 au-dessus de l’Antarctique, 2045 au-dessus de l’Arctique et 2040 dans le reste du monde”, selon l’ONU Environnement.

Cela fait plus de 30 ans maintenant que les français ont commencé à entendre parler de « trou dans la couche d’Ozone » ! Qu’ont-ils réellement compris sur un niveau simplement basique ?  Pas grand-chose, hélas mais ils savent maintenant que « ce n’est pas bien pour l’humain »

Depuis la signature du protocole de Montréal intervenu en 1987 par 195 pays, est à l’origine de la forte réduction de la quantité de CFC dans l’atmosphère. En 2016, l’accord de Kigali (Rwanda) a pour sa part prévu l’élimination progressive des hydrofluorocarbones (HFC), gaz extrêmement nocifs pour le climat utilisés dans les réfrigérateurs et climatiseurs.

Si cet accord était respecté, il pourrait réduire de 0,5°C le réchauffement mondial d’ici à 2100, ont déjà estimé les experts de l’ONU.

 

Depuis l’origine jusqu’en 2023

 

 

En 2016, l’accord de Kigali (Rwanda) a pour sa part prévu l’élimination progressive des hydrofluorocarbones (HFC), gaz extrêmement nocifs pour le climat utilisés dans les réfrigérateurs et climatiseurs. Si cet accord était respecté, il pourrait réduire de 0,5°C le réchauffement mondial d’ici à 2100, ont déjà estimé les experts de l’ONU.

Le trou de la couche d’ozone a été créé par la pollution d’origine humaine, particulièrement par les chlorofluorocarbures (CFC) autrefois émis par de nombreux réfrigérateurs. Au cours des dernières décennies, la coopération mondiale lui a cependant donné une chance de se reconstituer. “L’élimination progressive de près de 99% des substances interdites qui détruisent l’ozone a permis de préserver la couche d’ozone et contribué de façon notable à sa reconstitution dans la haute stratosphère et à une diminution de l’exposition humaine aux rayons ultraviolets (UV) nocifs du soleil”, notent les experts, qui publient leur estimation quadriennale sous l’égide de l’ONU.

NOTA : dans le même rapport, les mêmes experts préviennent des risques d’effets indésirables sur l’ozone des actuels projets de géo-ingénierie destinés à limiter le réchauffement climatique. Toujours selon les mêmes experts, un de ces projets consisterait à injecter des milliards de particules de soufre dans la couche supérieure de l’atmosphère. Or, une injection de particules dans l’atmosphère “pourrait avoir pour conséquence une grave baisse du niveau de l’ozone”, prévient le coprésident du panel scientifique, John Pyle. “Il y a beaucoup d’incertitudes.”

L’une des pistes serait pour faire disparait les CFC serait d’ajouter intentionnellement des particules en suspension dans la stratosphère pour renvoyer une partie des rayons du soleil vers l’espace, et faire baisser légèrement la température sur Terre. Les experts crient à la prise de risque : ce genre de technique nuirait à l’ozone, et contribuerait à recréer un trou et l’on se pourrait se retrouver dans la même situation qu’il y a 20 ou 25 ans.

LEXIQUE : Les chlorofluorocarbures ou CFC sont une sous-classe de gaz fluorés, eux-mêmes faisant partie de la famille des halogénoalcanes. Ce sont des gaz composés dérivés des alcanes, où tous les atomes d’hydrogène ont été substitués par des atomes de chlore et de fluor. Ils font partie des gaz qui contribuent à la dégradation de la couche d’ozone.

La couche d’ozone ou ozonosphère est la partie de la stratosphère de la Terre qui contient une quantité relativement importante d’ozone (concentration de l’ordre de un pour cent mille). À haute altitude, la couche d’ozone est utile : elle absorbe la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet dangereux pour les organismes. Elle a donc un rôle protecteur pour les êtres vivants et les écosystèmes. Cette couche est distincte de l’ozone troposphérique de plus basse altitude, qui est un gaz à effet de serre et un polluant.

 

 

SOURCES : Dossier de presse ONU-ENVIRONNEMENT – dossiers personnels de la rédaction – wikipedia

 

MOTS CLEFS : Ozone, Couche d’ozone, CFC, Climat, changement climatique, chlorofluorocarbures, halogénoalcanes, hydrofluorocarbones, ONU-ENVIRONNEMENT, protocole de Montréal, trou dans la couche d’Ozone, gaz fluorés, accord de Kigali (Rwanda)


 

 


 

l’analyse Eco-Environnement” de Michel HUGUES : COP27 : nouvelles promesses de dons des pays développés : + 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation COP 27 »

l’analyse Eco-Environnement” de Michel HUGUES : COP27 : nouvelles promesses de dons des pays développés : + 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation COP 27 »

 

 

l’analyse “éco-environnement” de Michel HUGUES :

 

 

Mercredi 23 novembre 2022 – (michelhugues.com). La Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (la COP 27) s’est clôturée LE DIMANCHE 20 NOVEMBRE 2022 sur un nouvel accord visant à fournir un financement des pertes et préjudices aux pays les plus vulnérables durement touchés par les catastrophes climatiques tels qu’envisagé dès mon article et analyse du  21 septembre 2022 dernier. De nouvelles promesses de dons, d’un montant total de plus de 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation lors de la COP 27 »

Les chefs d’états et leurs ministres en débattaient depuis bien des années, des décennies même, du financement des pertes et dommages délibérant sur la façon dont ils devaient aborder les impacts sur les communautés dont les vies et les moyens de subsistance ont été ruinés par les premiers impacts évalués du changement climatique,

notamment l’Afrique très impactée par la pollution européenne et asiatique et dont toutes les matières premières ont été « pillées » à moindre frais par les occidentaux durant les deux derniers siècles et dont le développement économique a été rendu impossible de ce fait et dans la plupart des cas.

 

La création d’un fonds spécifique pour les pertes

 

Cette dernière COP 27 égyptienne « aurait permis » aux pays de prendre un ensemble de décisions qui réaffirment leur engagement à limiter l’augmentation de la température mondiale à 1,5 degré Celsius au-dessus des niveaux préindustriels.

Cet ensemble de décisions a également renforcé les mesures prises par les pays pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et s’adapter aux conséquences inévitables des changements climatiques, tout en favorisant le soutien financier, technologique et le renforcement des capacités dont ont besoin les pays en développement.

La création d’un fonds spécifique pour les pertes et préjudices a marqué un point d’avancée important, la question ayant été ajoutée à l’ordre du jour officiel et adoptée pour la première fois lors de la COP 27.

Les gouvernements ont pris, pour la toute première fois, la décision de mettre en place de nouveaux mécanismes de financement, ainsi qu’un fonds spécifique, pour aider les pays en développement à faire face aux pertes et préjudices. Ils ont également convenu de créer un « comité de transition » chargé de formuler des recommandations sur la manière de rendre opérationnels les nouveaux mécanismes de financement et le fonds lors de la COP 28 de 2023 à DubaÏ.

Une première réunion du comité transitoire devrait avoir lieu avant la fin du mois de mars 2023.

 

Promesses de dons de plus de 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation (… promesse à surveiller donc )

 

Les parties (pays et territoires) ont également convenu des dispositions institutionnelles pour rendre opérationnel le Réseau de Santiago pour les pertes et dommages, afin de catalyser l’assistance technique aux pays en développement qui sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes du changement climatique.

De nouvelles promesses de dons, d’un montant total de plus de 230 millions USD, ont été faites au « Fonds d’adaptation lors de la COP 27 ».

La COP 27 a donc rassemblé plus de 45 000 participants pour partager des idées et des solutions, et établir des partenariats et des coalitions. (Ndlr : toujours à venir)

Un programme de travail sur l’atténuation a été lancé à Charm el-Cheikh, visant à intensifier de toute urgence les ambitions et la mise en œuvre de l’atténuation. Ce programme de travail débutera immédiatement après la COP 27 et se poursuivra jusqu’en 2030, avec au moins deux dialogues mondiaux organisés chaque année.

Cette conférence de Charm el-Cheikh ne devrait pas particulièrement rester dans les anales de la protection environnementale , mais c’est peut-être bien la toute première fois que les nations occidentales, (premières animatrices de la mondialisation avec la Chine) commencent à faire “un petite geste” pour le continent africain qui a été économiquement exploité depuis les 2 derniers siècles

 

mais toujours,  “acheter et payer” ses “droits à polluer”

 

un petit pas pour l’Afrique mais toujours rien de plus, et de vraiment concret pour la biodiversité ni pour le changement climatique…

mais “acheter et payer” pour “s’autoriser” ses  propres pollutions et déviances climatiques ne sont toujours pas la solution vraie pour les pays occidentaux qui vont bientôt plus pouvoir assumer le “boom” attendu de l’usage planétaire des véhicules électriques .

Michel HUGUES, past-journaliste économique & photographe Michel HUGUES - Michel HUGUES PHOTOGRAPHY - www.michelhugues.com

 

 

 

SOURCES : UNITED NATIONS, Nations Unies, rédaction de Actu-environnement,  archives et dossiers personnels – Copyright photos : @COP27P. 

 

TAGSConférence des Nations Unies, COP 27, financement des pertes et préjudices, Charm el-Cheikh, COP 28 de 2023 à DubaÏ, Réseau de Santiago pour les pertes et dommages,

 

Article précédent sur le même thème :

Biodiversité & Climat : la COP 27 à Charm el-Cheikh (6 au 18 Novembre 2022) , encore de la COM ? ou enfin, des actes concrets ? Les africains réclament une justice climatique



NOTA
= COP signifie “Conference of parties”, les “parties” étant les signataires de la Convention (195 pays + l’Union européenne) mondiale sur le climat. L’objectif est de faire le point sur l’application de la Convention et négocier les nouveaux engagements.

Particularités de la COP21 Paris 2015

La COP21 est la 21e Conférence des parties (COP) à la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques de 1992, réunissant 195 États et l’Union Européenne, après celle de Varsovie (COP19) et Lima (COP20). Elle s’est tenue du 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris-Le Bourget (93), sous présidence française.


Découvrez le journal de l’ENVIRONNEMENT, du CLIMAT ET DE LA BIODIVERSITE ci dessous

Informations sur la biodiversité, le Climat, l’environnement, les technologies propres et la Santé


 

 

et Avec Votre Commentaire : 

 

 

Provencematin.com – 1ere version BETA TEST – Nov. 2022

 

Se perfectionner en Photographie 

avec un

coach-photo personnel

 

 

COP26 Glasgow : Un accord de “Constat sur tous les désaccords sur l’Urgence Climatique” !

COP26 Glasgow : Un accord de “Constat sur tous les désaccords sur l’Urgence Climatique” !

COP26 Glasgow : Un accord de “Constat sur tous les désaccords sur l’Urgence Climatique” !

 

 Dimanche 14 novembre 2021 08h30 – Ainsi vont toutes les COP (conférences des parties) la COP 26 de Glasgow n’y a pas échappé, une déclaration finale a quand même été rédigée hier samedi soir avec quelques signatures de chefs d’état ou de leurs pouvoirs représentants, le président de la conférence en Ecosse Alok Sharma (Onu) a même conclu la réunion avec quelques sanglots d’émotion (…)

Les organisateurs (ONU) annoncent ainsi que : “La COP26 s’est achevée aujourd’hui à Glasgow avec près de 200 pays acceptant le Pacte climatique de Glasgow ainsi que “Le Paris Rulebook”, les lignes directrices sur la façon dont l’Accord de Paris est mis en œuvre, a également été achevé aujourd’hui après six ans de discussions.

par Michel HUGUES – “past” journaliste économique, photographe & éditeur

 

Alok Sharma (ONU) à la COP26 - (c) cop26 press

Alok Sharma (ONU) à la COP26 – (c) cop26 press

Dans sa lettre aux médias que tous les journalistes sensibilisés au climat ont reçu hier samedi soir, Alok Sharma a écrit les mots suivants : ( Début du communiqué officiel =

« Je suis très heureux de dire que nous avons maintenant en place le Pacte climatique de Glasgow, convenu entre toutes les Parties ici. Je suis vraiment content que cela ait été livré. C’est grâce au travail acharné de l’équipe britannique ; le travail acharné de toutes les Parties ; la grande coopération que nous avons constatée de la part de tous les négociateurs et de tous les ministres ; et dès le début du sommet, les dirigeants mondiaux sont sortis et ont exposé ce qu’ils voulaient obtenir de cet événement.

Je dirais cependant qu’il s’agit d’une victoire fragile. Nous avons gardé 1,5 vivant. C’était notre objectif primordial lorsque nous avons entrepris ce voyage il y a deux ans, en assumant le rôle de président désigné de la COP. Mais je dirais quand même que le pouls de 1,5 est faible.  C’est pourquoi, alors que nous sommes parvenus, je crois, à un accord historique. Ce sur quoi cela sera jugé, ce n’est pas seulement le fait que les pays se sont engagés, mais aussi s’ils respectent et tiennent leurs engagements.

Au cours de notre année de présidence, qui a commencé au début de ce sommet, nous veillerons à travailler en étroite collaboration pour garantir que les engagements qui ont été fixés soient tenus par les pays. Et nous travaillerons en partenariat avec tous. Collectivement, nous avons dépassé la ligne.

Je suis extrêmement reconnaissant à tous ceux qui ont aidé à cela.

Mais comme je l’ai dit, le travail acharné commence maintenant. Merci. » .. Fin du Communiqué officiel)

 

Ainsi va la vie, au “21éme Siècle Carboné” 

Les scientifiques, la plupart des ONG, et même des délégations officielles de pays en voie de développement restent cependant en général, sceptiques et dans le doute élargi. De leur côté, les jeunes militants et les jeunes en général, ne veulent plus que les états se “dédouanent” en payant des amendes même très lourdes pour être autorisés à poursuivre leurs pollutions, tout comme ils ne font plus confiance aux élus politiques pour payer les amendes à la place des pays pauvres comme en témoigne “la résolution finale” de la jeune suédoise Greta Thumberg il y a quelques heures à peine sur twitter :

 

 

Personne n’est finalement dupe et dupé au terme de cette réunion qui aurait pu consommer bien moins de carbone, de carburants et de toxines polluantes des jets privés ou de ligne, si elle s’était déroulée en “télétravail”.. Ainsi va la vie au “21 éme siècle carboné” …

on ne vaincra le problème qu’individuellement en changeant nos habitudes de consommation et de déchets …

Mais la plupart des habitants des pays développés s’en foutent, en réalité totalement, et beaucoup d’entre-eux voteront quand même “vert”, pour fermer encore plus leurs yeux sur la réalité et surtout en croyant peut-être ainsi s’auto dédouaner par pure opération délégative du Saint-Esprit  … Espérons, Espérons, Espérons !!!  Espérons que non !!!

Michel HUGUES (avec agences) 

– « past » journaliste économique & automobile, éditeur et photographe

 

Sources & Plus d’infos  : https://ukcop26.org/news/

c'est pas bien de vouloir VOLER UNE PHOTO de quelqu'un d'autre

error: contenu protégé